Apostolat

CONSECRATION A JESUS MISERICORDIEUX

 L’acte de consécration proposé par le mouvement n’implique pas un engagement dans le mouvement, c’est une démarche personnelle qui n’engage que la personne vis-à-vis d’elle même et du Christ.

La dévotion à la divine miséricorde est attachée directement à la dévotion au Coeur de Jésus qui prend sa source dans le côté transpercé.  La consécration est une reconnaissance volontaire et amoureuse de son existence en Dieu et pour Dieu. C’est Dieu la source de toute sainteté, qui sanctifie et qui consacre.

En conséquence, se consacrer à Jésus miséricordieux, c’est reconnaître son amour infini et personnel et reconnaître la miséricorde reçue dans toute sa vie ; c’est l’aimer en retour dans un don de soi plus total et en vérité. Cette consécration conduit à rompre avec les habitudes du monde, à vivre dans l’offrande de soi par amour de Dieu et de sa miséricorde, à intercéder avec plus de conscience et de force intérieure pour la conversion du monde, à consoler le Coeur de Jésus en priant pour les pécheurs et à témoigner de son amour et de sa miséricorde par l’apostolat et l’évangélisation.

Les consacrés sont appelés à devenir miroir de la miséricorde de Dieu manifestée en Jésus. La vocation de la miséricorde divine est de devenir humaine.

Cette démarche de consécration peut avoir lieu lors de la fête de la Miséricorde, lorsque celle-ci est animée par un ou plusieurs membres du mouvement ou à l’issue d’une retraite sur la miséricorde, également animée par un membre du mouvement.

L’expression la plus belle de la consécration est le service ; celui qui aime vraiment se met au service de la personne aimée.

PELERINAGE EN POLOGNE

 Le mouvement propose un pèlerinage en Pologne tous les ans en juillet, sur les pas de sainte Faustine et du bienheureux Jean Paul II. Ce pèlerinage permet de découvrir ou d’approfondir la spiritualité de sainte Faustine et le mystère de la miséricorde.

CIMG2399

Il est ouvert à tous. La participation au pèlerinage pour des non-membres implique l’adhésion obligatoire au mouvement pour un an renouvelable.

Si ce pèlerinage est vivement recommandé aux membres des Serviteurs de la Miséricorde, il n’est pas obligatoire.

MISERICORDE EN ACTES

Les Serviteurs de la Miséricorde souhaitent répondre à l’invitation de Jean Paul II dans sa lettre Novo Millennio Ineunte : « Il s’agit de poursuivre une tradition de charité qui a déjà revêtu de multiples expressions au cours des deux millénaires passés, mais qui aujourd’hui requiert sans doute encore une plus grande inventivité. C’est l’heure d’une nouvelle « imagination de la charité », qui se déploierait non seulement à travers les secours prodigués avec efficacité, mais aussi dans la capacité de se faire proche, d’être solidaire de ceux qui souffrent, de manière que le geste d’aide soit ressenti non comme une aumône humiliante, mais comme un partage fraternel. » (n°50)

Cette invitation s’incarne tout d’abord dans la vie ordinaire des membres ; elle peut prendre également différentes formes en fonction des lieux et des charismes de chacun (visite des malades, des personnes âgées, des prisonniers, etc.)

ACCUEIL-ECOUTE

« Encourage les âmes avec lesquelles tu es en contact à la confiance en mon infinie miséricorde. » (294)

Dans notre Eglise, nous avons constaté que des personnes en souffrance sont à l’affût d’oreilles écoutantes, compréhensives et bienveillantes. C’est pourquoi les Serviteurs de la Miséricorde ont le désir de répondre à ce besoin.

Recevant la consolation du Christ (cf. 2 Co 1, 3), ils sont appelés à la transmettre à leur prochain ; c’est-à-dire à écouter avec bienveillance et miséricorde ceux qui leur confient  leurs souffrances et apporter une parole de consolation et de confiance en Dieu.

« Que quiconque t’approchera ne te quitte pas sans cette confiance en ma miséricorde que je désire tant pour les âmes. » (1777)

Au service de la Miséricorde Divine en actes, en paroles et par la prière.