Neuvaine de la Miséricorde

SEPTIEME JOUR

Aujourd’hui, amène-moi les âmes qui honorent et glorifient particulièrement ma miséricorde et immerge-les dans ma miséricorde. Ces âmes ont le plus vivement compati aux souffrances de ma passion et ont pénétré le plus profondément dans mon esprit. Elles sont le vivant reflet de mon Coeur compatissant. Ces âmes brilleront d’un éclat particulier dans la vie future, aucune n’ira dans le feu de l’enfer, je défendrai chacune d’elles en particulier à l’heure de la mort. (1224.)

Très miséricordieux Jésus, dont le Coeur n’est qu’amour, reçois dans la demeure de ton Coeur très compatissant les âmes qui honorent et glorifient particulièrement la grandeur de ta miséricorde. Ces âmes sont puissantes de la force de Dieu Lui-même; au milieu de tous les tourments et contrariétés, elles avancent confiantes en ta miséricorde; ces âmes sont unies à Jésus et portent l’humanité entière sur leurs épaules. Ces âmes ne seront pas jugées sévèrement, mais ta miséricorde les entourera au moment de l’agonie.

L’âme qui célèbre la bonté de son Seigneur est tout particulièrement aimée de Lui. Elle est toujours proche de la source vive, et puise les grâces en la miséricorde divine.

Père éternel, jette un regard de miséricorde sur les âmes qui glorifient et honorent ton plus grand attribut, c’est-à-dire ton infinie miséricorde, qui sont enfermées dans le Cœur très compatissant de Jésus. Ces âmes sont un vivant Évangile, leurs mains sont pleines d’actes de miséricorde, et leur âme débordante de joie chante l’hymne de la miséricorde du Très‑ Haut. Je t’en supplie, mon Dieu, manifeste-leur ta miséricorde selon l’espérance et la confiance qu’elles ont mises en toi ; que s’accomplisse en elles la promesse de Jésus qui leur a dit : (( Les âmes qui vénéreront mon infinie miséricorde, je les défendrai moi-même durant leur vie et particulièrement à l’heure de la mort comme ma propre gloire. » (1225.)

HUITIEME JOUR

Aujourd’hui, amène-moi les âmes qui sont dans la prison du purgatoire et immerge-les dans l’abîme de ma miséricorde ; que les flots de mon sang rafraîchissent leurs brûlures. Toutes ces âmes me sont très chères, elles s’acquittent envers ma justice ; il est en ton pouvoir de leur apporter quelque soulagement. Puise dans le trésor de mon Église toutes les indulgences, et offre-les pour elles…

Ô si tu connaissais leur supplice, tu offrirais sans cesse pour elles l’aumône de ton esprit, et tu paierais leurs dettes à ma justice, (1226.)

Très miséricordieux Jésus, qui as dit toi-même vouloir la miséricorde, voici que j’amène à la demeure de ton Cœur très compatissant les âmes du purgatoire, les âmes qui te sont très chères, mais qui pourtant doivent rendre des comptes à ta justice ; que les flots de sang et d’eau jaillis de ton Cœur éteignent les flammes du feu du purgatoire afin que, là aussi, soit glorifiée la puissance de ta miséricorde.

De la terrible ardeur du feu du purgatoire, une plainte s’élève vers ta miséricorde, et ils connaissent consolation, soulagement et fraîcheur, dans le torrent d’eau à ton sang mêlé.

Père éternel, jette un regard de miséricorde sur les âmes souffrant au purgatoire, mais qui sont enfermées dans le Cœur très compatissant de Jésus. Je t’implore par la douloureuse passion de Jésus, ton Fils, et par toute l’amertume dont son âme très sainte fut inondée, montre ta miséricorde aux âmes qui sont sous ton regard juste ; ne les regarde pas autrement que par les plaies de Jésus, ton très cher Fils, car nous croyons que ta bonté et ta pitié sont sans mesure. (1227.)

NEUVIEME JOUR

Aujourd’hui, amène-moi les âmes froides, et immerge-les dans l’abîme de ma miséricorde. Ce sont ces âmes qui blessent le plus douloureusement mon Cœur. C’est une âme indifférente qui au jardin des Oliviers, m’inspira la plus grande aversion. C’est à cause d’elles que j’ai dit : Pour elles, l’ultime planche de salut est de recourir à ma miséricorde. (1228.)

Très compatissant Jésus, qui n’es que pitié, je fais entrer dans la demeure de ton Cœur très compatissant les âmes froides; que dans ce feu de ton pur amour se réchauffent ces âmes glacées, qui ressemblent à des cadavres et t’emplissent d’un tel dégoût. Ô très compatissant Jésus, use de la toute-puissance de ta miséricorde et attire-les dans le brasier même de ton amour, et donne-leur l’amour divin, car tu peux tout.

Feu et glace ensemble ne peuvent être mêlés, car le feu s’éteindra ou la glace fondra. Mais Ta miséricorde, ô mon Dieu, peut soutenir de plus grandes misères encore.

Père éternel, jette un regard de miséricorde sur les âmes froides, qui sont cependant enfermées dans le Cœur très compatissant de Jésus. Père de miséricorde, je te supplie, par l’amertume de la passion de ton Fils et par son agonie de trois heures sur la Croix, permets qu’elles aussi célèbrent l’abîme de ta miséricorde… (1229.)

Comment faire ?

  • Au début :

Notre Père …, Je vous salue Marie …, Je crois en Dieu …

  • Sur les gros grains, une fois :

Père Éternel, je t’offre le Corps et le Sang, l’Âme et la Divinité de ton Fils bien-aimé, notre Seigneur Jésus-Christ, en réparation de nos péchés et de ceux du monde entier.

  • Sur les petits grains, 10 fois :

Par Sa douloureuse Passion, sois miséricordieux pour nous et pour le monde entier.

  •  A la fin du chapelet, pour terminer, 3 fois :

Dieu Saint, Dieu Fort, Dieu Éternel, prends pitié de nous et du monde entier.

  • Puis 3 fois : Jésus, j’ai confiance en Toi

Téléchargez le document