Spiritualité du Mouvement

 « Nous devrions tirer deux profits de la sainte confession.

  1. Nous allons nous confesser pour la guérison ;
  2. Pour l’éducation ; notre âme a besoin, comme un petit enfant, d’une éducation continuelle.

O mon Jésus, je comprends profondément ces paroles et je sais par expérience que l’âme n’arrive pas loin par ses propres forces, elle peine beaucoup et ne fait rien pour la gloire de Dieu, elle s’égare constamment, car notre esprit est obscur et ne sait pas discerner ce qui le concerne. » (377)

De même que le Seigneur a pris pour mère celle qui se disait sa servante, ainsi les Serviteurs de la Miséricorde entretiennent envers la Vierge Marie, Mère de Miséricorde, un amour profondément filial qu’ils lui manifestent notamment par la méditation régulière du chapelet.

 « O Marie, ma Mère, je te le demande humblement couvre mon âme de ton manteau virginal en ce moment si important de ma vie, afin que je devienne plus agréable à ton Fils, et que je puisse dignement glorifier sa miséricorde à la face du monde entier et pour toute l’éternité. » (220)

 Bien que Serviteurs, ils savent qu’ils sont les Amis du Christ car « tout ce que j’ai entendu de mon Père, je vous l’ai fait connaître. » Jn 15, 15.  Cette reconnaissance de l’amour infini de Dieu pour eux les invite à vivre de la confiance en Dieu dans leur quotidien.

 « Je ne comprends pas comment on peut ne pas avoir confiance en celui qui peut tout ; avec lui tout, sans lui, rien. Lui, le Seigneur, ne permettra ni n’admettra la honte de ceux qui ont mis toute leur confiance en lui. » (358)

Les Serviteurs de la Miséricorde se reconnaissant devant Dieu pauvres et pécheurs sont conscients de la miséricorde qui leur est manifesté par les sacrements et par toutes les bénédictions reçues au long de leur vie. En puisant la miséricorde dans le Cœur de Dieu, ils apprennent à témoigner de la divine miséricorde et à exercer la miséricorde pour autrui. En effet, la miséricorde se reçoit et se donne. C’est pourquoi ils essaient de mettre en pratique cette exhortation du Bienheureux Jean Paul II : « Il faut transmettre au monde ce feu de la miséricorde ! » (août 2002)