Les Serviteurs au Burkina Faso

Foi chrétienne : Le mouvement des serviteurs de la miséricorde est désormais au Burkina Faso.

Promouvoir la miséricorde divine en actes, en paroles et en prières, telle est la vocation du mouvement des serviteurs de la miséricorde (SDM) lancé officiellement par sa coordonnatrice ce samedi 24 janvier à Ouagadougou. Et c’est dans la prière que les fidèles catholiques ont accueilli le mouvement qui annonce déjà un certain nombre d’activités.

Burkina01 « Heureuse l’âme qui, sa vie durant, se plongeait dans la source de la miséricorde, car la justice ne l’atteindra pas » ! Voici l’une des promesses dictées par le Christ à Sainte Faustine et mentionnée dans son livre intitulé « Petit Journal ». Le mouvement des serviteurs de la miséricorde (SDM) qui se fonde donc sur la spiritualité de cette religieuse polonaise et de la parole de Dieu est officiellement présent au Burkina Faso depuis le 13 décembre 2014. Et ce samedi 24 janvier à l’Eglise Notre Dame des apôtres de la Patte d’Oie, la coordonnatrice Mme Daniella Comboïgo a procédé, en présence de quelques fidèles, à l’installation de ce mouvement fort d’une trentaine de membres qui prônent la sensibilité du cœur à la misère.

La miséricorde au cœur des activités.

Le Burkina Faso accueillera cette année au mois de juin, les reliques de Sœur Faustine Kowalska, proclamée bienheureuse par le Pape Jean-Paul II en 1993 et canonisée par la suite en avril 2000. C’est l’événement majeur qui a été annoncé par la coordonnatrice du mouvement. Mais bien avant comme à l’accoutumée et sur recommandation du Christ, les chrétiens célèbrent le dimanche après Pâques, la fête de la Miséricorde. Cette année, l’événement sera organisé le 12 avril par les SDM qui bénéficient d’ores et déjà du soutien inconditionnel de l’Abbé Benjamin Kiemtarboum de la Paroisse Notre Dame des Apôtres. Et c’est là que, tous les vendredis à 15heures précises, les Serviteurs « se plongeront dans la passion du Christ à l’Heure de la Miséricorde ». Enfin, il est prévu, et ce depuis Novembre 2014, une prière dans les foyers à travers le tableau pèlerin « Jésus Miséricordieux » dans les familles qui le souhaitent. La coordonnatrice a par ailleurs exprimé le vœu de voir s’agrandir le mouvement qui n’en est qu’à ses débuts.

Burkina02C’est à la suite d’un appel du Seigneur reçu par Hélène Dumont, que nait le mouvement des serviteurs de la miséricorde en Juin 2008 en France. Selon Mme Comboïgo, ce mouvement s’inspire de deux paroles. La première est celle de l’Evangile selon St Marc qui dit ceci : « Car le fils de l’Homme n’est pas venu pour être servi mais pour servir » et la seconde est tirée du « Petit journal de Sainte Faustine » et fait cas des trois degrés qui renferment la plénitude de la miséricorde, à savoir l’action, la parole et la prière.
C’est par une messe dite par l’Abbé Benjamin Kiemtarboum que la cérémonie a pris fin dans la mi-journée.

Herman Frédéric BASSOLE
Lefaso.net

Spiritualité de Sainte Faustine

(Extrait du bulletin de Janvier 2015)

En ce temps de Noël, sainte Faustine nous invite à découvrir la miséricorde dans le mystère de l’Incarnation. Oui par amour et par miséricorde, Dieu s’est incarné pour nous sauver du péché et de la mort. « Car Dieu a tant aimé le monde qu’Il a donné son Fils unique » (Jn 3, 16). Jésus a accueilli humblement notre nature humaine pour restituer à l’humanité sa dignité d’enfant de Dieu.

Nous pouvons être tellement habitués à célébrer Noël chaque année que nous ne sommes plus attentifs à nous émerveiller devant ce mystère, de ce Dieu qui s’est fait homme. Reprenons les extraits du Petit Journal pour grandir dans cette compréhension de la miséricorde en considérant d’une part le péché de l’Homme et d’autre part l’amour de Dieu en réponse :

« L’homme s’est rendu coupable, mais il n’est pas capable de demander pardon, car un gouffre infini s’est ouvert entre Dieu et l’homme. » (1744)

« Ô Dieu miséricordieux, tu n’as pas laissé périr l’humanité, et tu lui as donné la promesse d’un Rédempteur. » (1744)

« Dieu, qui n’as pas détruit l’homme après sa chute, mais dans ta miséricorde, tu lui as pardonné, pardonné d’une manière divine, c’est-à-dire non seulement tu lui as remis sa faute, mais encore tu l’as comblé de toutes les grâces. La miséricorde t’a poussé à daigner descendre jusqu’à nous et à nous tirer de notre misère. Dieu descendra sur la terre, le Seigneur au-dessus de tous les Seigneurs, l’Immortel s’abaissera. » (1745)

« Sois adoré, Dieu miséricordieux, parce que tu as daigné t’abaisser du ciel jusqu’à la terre. Nous te louons en grande humilité, pour avoir daigné élever tout le genre humain. Insondable et inconcevable, tu prends un corps, par amour pour nous, d’une Vierge Immaculée, qui ne fut jamais effleurée par le péché, car telle était ta prédilection depuis les siècles. » (1746)