Archives pour la catégorie Ste Faustine

Spiritualité de Sainte Faustine

(Extrait du bulletin de Mai 2016)

Refléter la miséricorde est une attitude intérieure constante formée par le Saint Esprit. La miséricorde témoignée aux autres a sa source dans le Saint Esprit, don du Christ Ressuscité « l’amour de Dieu a été répandu dans nos cœurs par le Saint Esprit qui nous fut donné. » (Rm 5, 5) En ce temps de Pentecôte, il est bon de découvrir la place du Saint-Esprit dans la vie de sainte Faustine pour suivre son exemple.

Depuis sa plus tendre enfance, notre religieuse est attentive aux inspirations du Saint Esprit. Elle avoue : « Mon cœur était habitué à l’inspiration du Saint Esprit, à laquelle je suis fidèle. » (1504) Elle conseille : « Quand l’âme aime sincèrement Dieu, elle ne doit avoir peur de rien dans sa vie spirituelle. Qu’elle se laisse influencer par la grâce et qu’elle ne réduise pas son union avec le Seigneur ! » (292)

Elle s’exclame : « Oh ! si les âmes voulaient écouter, au moins un peu la voix de leur conscience et la voix c’est-à-dire les inspirations de l’Esprit Saint. Je dis au moins un peu car si nous nous livrons une fois à l’influence de l’Esprit divin, c’est lui-même qui complètera ce qui nous manquera. » (359) Pour vivre dans l’Esprit Saint, elle recommande le silence : « L’âme silencieuse est capable de s’unir à Dieu de la façon la plus profonde, elle vit presque toujours sous l’inspiration du Saint Esprit ; dans l’âme silencieuse, Dieu agit sans rencontrer d’obstacle. » (477)

Continuer la lecture de Spiritualité de Sainte Faustine

Spiritualité de Sainte Faustine

(Extrait du bulletin de Janvier 2016)

Dans sa bulle d’indiction « le visage de la miséricorde », notre pape souligne l’importance du sacrement de la réconciliation « puisqu’il donne à toucher de nos mains la grandeur de la miséricorde. Pour chaque pénitent, ce sera la source d’une véritable paix intérieure. » (17). Tournons-nous donc vers sainte Faustine pour recevoir ses conseils pour vivre ce sacrement et en accueillir pleinement toutes les grâces.

Jésus explique à sainte Faustine que le pécheur trouve la consolation dans ce sacrement. Là, lui dit-il, la misère de l’âme rencontre la miséricorde infinie de Dieu. C’est le Seigneur qui agit lui-même dans l’âme par l’intermédiaire du prêtre. Sainte Faustine s’exclame : « Toi et le prêtre, ça fait un ! » Jésus dira à notre religieuse à propos du père Sopocko : « ton directeur et moi ne faisons qu’un, ses paroles sont les miennes. » (1308) Puis il lui donnera ce conseil : « Ma fille, de même que tu te prépares en ma présence, de même c’est aussi à moi que tu te confesses ; je me dissimule seulement derrière le prêtre. N’analyse jamais quel est le prêtre derrière lequel je me suis dissimulé, ouvre ton âme en confession comme tu le ferais devant moi, et je comblerai ton âme de ma lumière. » (1725)

Continuer la lecture de Spiritualité de Sainte Faustine

Spiritualité de Sainte Faustine

(Extrait du bulletin de Septembre 2015)

Nous poursuivons notre étude sur l’Eucharistie dans la vie de sainte Faustine. Dans cet article, découvrons comment elle se prépare à recevoir la communion.

C’est auprès de la Vierge Marie qu’elle apprend à se préparer.

« Je passe des moments avec la Mère de Dieu et me prépare pour le moment solennel de la venue du Seigneur Jésus. La Mère de Dieu m’apprend cette vie intérieure de l’âme avec Jésus, surtout dans la sainte Communion. Quel grand mystère la sainte Communion accomplit en nous ; nous le saurons seulement dans l’éternité. O moments les plus précieux de la vie. » (840)

Elle est pleinement consciente que c’est le Roi lui-même qu’elle va recevoir :

            « Aujourd’hui, je me prépare à la venue du Roi. Qui suis-je et qui es-Tu, O Seigneur, Roi de gloire – de gloire immortelle.  O mon cœur, te rends-tu compte de Celui qui vient aujourd’hui chez toi ? » (1810)

Elle est parfaitement consciente de sa misère. Elle confie :

« Quand l’aumônier vient avec le Seigneur Jésus, il y a des moments où une si vive présence de Dieu m’envahit, et le Seigneur me fait connaître sa sainteté, et je vois alors la plus infime poussière de mon âme et je voudrais la purifier avant chaque sainte Communion. J’ai questionné mon confesseur, il a répondu qu’il n’était pas nécessaire de se confesser avant chaque sainte Communion. La sainte Communion efface ces imperfections et c’est une tentation de penser à la confession au moment de la sainte Communion. » (1611) Cependant, sainte Faustine se confessait tous les huit à dix jours.

Continuer la lecture de Spiritualité de Sainte Faustine

Spiritualité de Sainte Faustine

(Extrait du bulletin de Juillet 2015)

L’Eucharistie occupe une place centrale dans la vie de sainte Faustine. Elle est dédiée à l’Eucharistie. Son nom de religieuse est Marie Faustine du Très Saint Sacrement.

Dès l’enfance, elle a une foi vive en la présence réelle de Jésus dans l’Eucharistie. Avec la certitude que l’amour de Dieu se communique à travers l’Eucharistie. « J’avais 7 ans lorsque, étant à vêpres et Notre Seigneur Jésus exposé dans l’ostensoir, pour la première fois l’amour de Dieu se communiqua à moi, et emplit mon cœur. Et le Seigneur me donna la compréhension des choses divines. Depuis ce jour jusqu’à aujourd’hui mon amour pour Dieu caché s’est accru jusqu’à la plus étroite intimité. Toute la force de mon âme provient du Très Saint Sacrement. Je passe chaque moment de liberté en conversation avec Lui. Il est mon maître. » (1404)

Dans l’Eucharistie, elle contemple la présence vivante du Christ : « Aujourd’hui, alors que je recevais la sainte Communion, j’ai remarqué dans le calice une hostie vivante qui me fut donnée par le prêtre. Quand je revins à ma place j’ai demandé au Seigneur. Pourquoi l’une est-elle vivante ? Puisque tu es vivant de la même façon sous toutes les espèces ? Le Seigneur m’a répondu : c’est exact, sous toutes les espèces je suis le même, mais toutes les âmes ne me reçoivent pas avec une foi aussi vivante que la tienne, ma fille, et c’est pourquoi je ne peux agir en leur âme, comme en la tienne. » (1407)

Nous voyons à travers les pages du Petit Journal son amour et sa foi qui grandissent pour Jésus présent dans l’Eucharistie. Elle déclare : « Mon cœur est un vivant tabernacle dans lequel demeure l’hostie vivante. » (1302)

Continuer la lecture de Spiritualité de Sainte Faustine

Spiritualité de Sainte Faustine

 (Extrait du bulletin Juin 2015)

Pour faire suite à la méditation du mois de mai, arrêtons-nous sur l’amour et le respect que sainte Faustine portent envers l’Eglise.

Elle s’écrie : « Oh, quel grand amour et quelle déférence j’éprouve pour l’Eglise. » (197) Elle aime l’Eglise comme sa mère : « Ô ma Mère, Eglise de Dieu, tu es une véritable Mère qui comprend ses enfants. » (1469) « Quel grand amour chacune doit avoir pour l’Eglise. Comme un bon enfant, aimant sa mère, prie pour elle, ainsi chaque âme chrétienne doit prier pour l’Eglise qui est pour elle une mère. » (551)

Elle considère sa sainteté : « La sainteté de Dieu se répand sur l’Eglise de Dieu et sur chaque âme vivant en elle, à des degrés divers. » (180)

De même, la sainteté de ses membres rejaillit sur l’Eglise toute entière car ils forment un seul corps : « Oh ! Comme j’aime la sainte Eglise et tous ceux qui y vivent, je les considère comme les membres vivants du Christ, qui est leur tête. Je brûle d’amour avec ceux qui aiment, je souffre avec ceux qui souffrent, la douleur me consume à la vue des âmes froides et ingrates ; alors je tâche que mon amour de Dieu soit tel qu’il fasse réparation pour ceux qui ne l’aiment pas, qui n’ont pour leur sauveur qu’une noire ingratitude. » (481)

En conséquence, elle témoigne : « Je m’efforce à la plus grande perfection afin d’être utile à l’Eglise. Ma liaison avec l’Eglise est bien plus grande. La sainteté ou la chute de chaque âme prise séparément, se reflète dans toute l’Eglise. » (1475) Elle déclare : « je peux être complètement utile à l’Eglise par une sainteté personnelle qui animera la vie dans toute l’Eglise puisque nous ne constituons tous qu’un seul organisme en Jésus ; c’est pourquoi je fais tous mes efforts pour que le terreau de mon cœur donne naissance à de bons fruits. » (1364)

Elle reconnaît la grâce de la miséricorde de Dieu dans l’institution de la Sainte Eglise. Par miséricorde, Dieu a voulu l’Eglise pour poursuivre l’annonce de l’évangile dans le monde afin que les hommes croient et soient sauvés : « J’ai un grand amour pour l’Eglise, qui éduque les âmes et les mène vers Dieu. » (749) « Presque chaque fête de la sainte Eglise me donne une plus profonde connaissance de Dieu et une grâce particulière, c’est pourquoi je me prépare à chaque fête en étroite union à l’esprit de l’Eglise. Quelle joie d’être une fidèle enfant de l’Eglise. » (481)

Enfin, elle reconnaît sa mission au sein de l’Eglise : « O mon Dieu, je suis consciente de ma mission dans la sainte Eglise. Mon incessant effort doit être d’obtenir la miséricorde pour le monde. (…)Ô mon Dieu, comme je désire que les âmes sachent que tu les as créées à cause de ton amour inconcevable ; Ô mon Créateur et Seigneur, je sens que j’écarterai le voile du ciel pour que la terre ne doute pas de ta bonté. » (482-483)

Miséricorde divine, en l’institution de la Sainte Eglise, j’ai confiance en toi !